Le Chemin Néocatéchuménal selon le Pape François: une bénédiction et une espérance pour l’hiver démographique que traverse l’Europe

mars 27, 2019

27 mars 2019

Mercredi 13 février 2019, un groupe du Chemin Néocatéchuménal en pèlerinage au Sanctuaire de Loreto (Italie) a participé à l’Audience générale du Pape François dans la salle Paul VI au Vatican. Quelques couples ont été placés, avec leurs enfants, en première file, de sorte qu’à la fin de l’Audience, ils ont pu saluer le Saint Père et parler avec lui.

Nous reproduisons ci-dessous la transcription de ce qui s’est passé et des paroles que le Pape François a adressées à ces frères du Chemin et qu’ils ont mises par écrit ensuite:

«Nous aimerions dans ces quelques lignes donner notre expérience de l’Audience du mercredi 13 février avec le Saint Père, à la fin du pèlerinage à Rome et Loreto.

Un couple tenait un enfant dans les bras et le saint Père s’approcha d’eux , les salua et leur demanda combien d’enfants ils avaient, quel âge et eux lui demandèrent qu’il prie pour la jeunesse, pour leurs enfants et lui dirent qu’ils avaient un zèle spécial pour les jeunes étant parrains dans la pastoral de la post-confirmation.

Le Saint Père lui dit que la Mission de la famille face aux difficultés d’aujourd’hui est d’être évangélisateurs dans ce monde.

Un autre couple

Quand le pape s’approcha de nous je lui criai:

Saint Père, nous sommes du Chemin Néocatéchuménal et nous sommes venus en pèlerinage à Rome et à Loreto.

il s’arrêta et me dis:

C’est une bénédiction.

Je lui ai demandé de bénir notre petit Santiago de 5 mois que je tenais dans les bras et il me demanda quel numéro il était, je lui dit le huitième. Il me répondit :

Le huitième? Vous êtes l’espérance dans l’hiver démographique qu’est en train de vivre l’Europe; courage! Je vais te dire une chose; il faut éduquer les enfants dans la foi et pas les éduquer avec «des bêtises et des stupidités», soyez toujours fermes dans la foi, pensez que dans la société italienne c’est à la mode de s’acheter un chien et de l’éduquer pour chercher l‘affection pure et l’éduquer selon l’affection que chacun demande. Ils ne sont pas disposés à mourir et ils ne savent pas que mourir pour les enfants, c’est trouver la vie ; la vie c’est d’avoir Jésus Christ, courage! Vous, le Chemin, vous êtes l’espérance dont l’Europe d’aujourd’hui a besoin ; parce que dans cette société d’aujourd’hui, qui sera celle de demain, est-ce que ce sont les chiens qui s’occuperont d’eux ? non. Combien de souffrance pour ne pas avoir donné la vie! Allez, courage! Soyez courageux dans ce monde qui vous est totalement contraire! Mais confiez toujours dans le Christ! Continuez à cheminer toujours!

Au moment où j’ai dit au Pape qu’il y avait là des mères que le police n’avait pas fait rentrer, le Saint Père me dit:

Comment? Ces mères courageuses? Où sont-elles? Elles sont disposées pour le Christ à mettre au monde des enfants et on ne les laisse pas passer?

Je lui ai indiqué le lieu, il leva les mains et cria à la police:

Que rentrent ces mères courageuses ! Que la police les laisse passer…!

Et quand elles sont arrivées, il leur a tendu la main et leur a répété la même chose, avec beaucoup d’amour et d’affection. Avant de nous quitter, en s’adressant à ma femme, il lui a dit:

Vous êtes l’espérance dans cet hiver démographique dont souffre l’Europe ! Courage, éduquez les dans la foi.

Et à la fin le Pape a dit la même chose à tous et puis, il nous a invités à prier le chapelet en famille et nous a fait cadeau d’un chapelet pour chacun: un pour l’enfant et un autre pour chacun de nous. Et il nous a dit:

La Vierge est votre mère!

         Juan Manuel y Cinta Communauté de Chipiona, Cadiz  – Espagne