Audience à un groupe de néocatéchumènes provenant de l’Allemagne 26 avril 1996

Audience à un groupe de néocatéchumènes provenant de l’Allemagne 26 avril 1996

Saint Jean-Paul II

Cité du Vatican – Salle Clémentine, 26 avril 1996

Jean-Paul II a reçu en audience dans la matinée du vendredi 26 avril un groupe de Néocatéchumènes provenant d’Allemagne. Pendant la rencontre qui s’est déroulée dans la Salle Clémentine, le Saint Père a prononcé les paroles suivantes :

Chers Frères et Sœurs,

Je vous souhaite la bienvenue à l’occasion de votre visite sur la tombe des Apôtres pendant ce temps pascal. Un des événements les plus impressionnants de l’Évangile est le récit de la rencontre du Ressuscité avec les disciples d’Emmaüs. Voici ce que l’évènement d’Emmaüs veut nous dire : sur le chemin se trouvent des hommes qui cherchent, et qui sont reconnaissants pour chaque communauté en chemin, des hommes qui cherchent et qui sont disposés à écouter et à apprendre.

Nous, nous sommes des éternels pèlerins, toujours en chemin ; nous ne pouvons pas abandonner la route. Sur la route qui va de Jérusalem à Emmaüs, cette parole du Christ qui fonde l’Église, se fait réalité : « Que deux ou trois soient réunis en mon nom, je suis là au milieu d’eux » (Mt 18, 20).

Notre Dieu est un Dieu qui se fait proche et non pas un Dieu qui reste loin. Pour cela en tant que vrais chrétiens, nous sommes des hommes qui marchent avec Dieu tout près de nous et la ligne d’arrivée de notre pèlerinage terrestre est Dieu.

Quand Jésus vit sa mort sur la croix s’approcher, il dit à ses amis qu’il allait vers le Père (cf. Jn 14, 28). C’est uniquement à partir de cet objectif que notre chemin reçoit sa véritable orientation intérieure et sa signification profonde. « Faire la volonté de Dieu » a été pour Jésus l’unique principe d’action et cela lui a donné une fermeté et une stabilité inébranlables.

Agir selon la volonté de Dieu signifie, pour les laïcs dans l’Église, un engagement multiple dans une société en transformation qui se montre indifférente à l’Église. Préoccupez-vous de suivre Jésus et de le voir présent en ces frères et sœurs que vous rencontrez sur la route de votre vie, ou bien allez les chercher dans les lieux de souffrance, d’abandon, aux marges de la société. Portez leur la chaleur de votre solidarité humaine et faites leur sentir la consolation surnaturelle de la foi en Jésus Christ.

Par l’intercession de la Mère Divine, que votre prière à notre Dieu et Seigneur vous donne la capacité d’apporter une contribution concrète au renouveau spirituel de notre monde, parfois si éteint par manque d’idéaux.

Pour votre mission je demande à Dieu, pour vous, protection et assistance, et je vous donne volontiers la bénédiction apostolique.

(*) Cf. « L’Osservatore Romano », 27 avril 1996