Pèlerinages à Fuentes de Carbonero el Mayor (Ségovie – Espagne)

Église de Fuentes de Carbonero Un lieu de pèlerinage et de célébration, témoin de l’histoire que Dieu fait avec nous. « Ce qui m’a touché c’est que toutes les maisons du village avaient été détruites, et que l’unique chose restée debout en ce lieu abandonné était l’église, et une église pleine de pauvres. Là nous avons célébré la Veillée pascale avec les frères des baraques et ceux de la première

FUENTES DE CARBONERO EL MAYOR (SÉGOVIE – Espagne)

Par la volonté de Dieu, en 1965, à la recherche d’un lieu de retraite et de prière, j’avais trouvé l’église de Fuentes de Carbonero abandonnée. Tandis que je marchais sur ce plateau castillan par une journée nuageuse, un rayon de lumière a illuminé les pierres de mica qui abondent dans la région et soudain tout s’est illuminé et j’ai été très impressionné : l’église au milieu de cette steppe était une véritable apparition. L’église était ouverte et vide : il y avait encore le retable et quelques peintures ; dans la sacristie il y avait une estrade en bois que j’utilisais pour dormir. J’ai vécu là quinze jours, priant, seul et recevant beaucoup de grâces. Comme c’était un endroit merveilleux, je m’y suis retiré à plusieurs reprises, vivant dans la solitude, jeûnant et priant et dormant dans la sacristie avec un sac de couchage.

Etant donné qu’il y avait une rivière à proximité, j’avais décidé d’y amener les frères des baraques quelques jours pendant l’été, pour qu’ils puissent eux aussi prendre des vacances. Nous y avons passé une semaine de repos, de communion et d’amour. J’étais touché par le fait que toutes les maisons du village avaient été détruites, et l’unique chose restée debout, dans ce lieu abandonné, était l’église, et une église pleine de pauvres. J’avais dit aux frères des baraques de ramasser de la paille. Ils sont allés dans les champs et chaque famille s’est fait son propre lit avec de la paille et quelques couvertures. C’était émouvant, comme tourner un film. À l’extérieur, il n’y avait que des maisons en ruine ; à l’intérieur, l’église était remplie de pauvres.

Pèlerinages à Farlete (Saragosse – Espagne)

A la découverte de Charles de Foucauld dans les Grottes de Farlete « Là, j’ai passé trois jours dans une grotte, la grotte de San Caprasio, seul, sans manger, à étudier Charles de Foucauld, qui m’a montré une manière de vivre en présence du Seigneur. » Kiko, lors de la convivence de début d’année 2016-17 Avant d’entreprendre un voyage à travers l’Europe et pour le préparer, le Père Aguilar a

Pèlerinages à Saragosse (Espagne)

La Vierge du Pilar Le 2 janvier 1940, sur les rives du fleuve Èbre, la Vierge Marie, qui vivait encore en Palestine, est venue en chair et en os à Saragosse pour réconforter l’apôtre Jacques qui, accompagné d’un petit groupe de convertis, avait prêché toute la journée. Marie leur laissa une colonne d’albâtre autour de laquelle les chrétiens du Ier siècle construisirent une chapelle en guise de mémorial qui fut

Pèlerinages à Barbastro (Huesca – Espagne)

Barbastro et ses Martyrs Pendant la Guerre Civile espagnole, l’Église Catholique a souffert une grande persécution. 10.000 personnes ont été assassinées pour leur foi. Barbastro, malgré sa petite taille, fut le diocèse qui compte le plus de martyrs dans toute l’Espagne, 88% du clergé. “L’Espagne a donné les “Cursillos de Cristiandad”, l’Opus Dei, le Chemin Néocatechuménal etc. mais savez-vous pourquoi? Parce qu’elle a connu la Guerre Civile espagnole durant laquelle