Plus de 4.500 personnes ont déjà confirmé leur présence

Soria, 10/05/2018

Le Chemin Néocatéchuménal se souviendra de façon très spéciale de Carmen Hernández -l’initiatrice du Chemin avec Kiko Argüello et qui est morte à Madrid le 19 juillet 2016- avec une Célébration Symphonique-Catéchétique dans la Concathédrale de San Pedro, Soria.

L’initiative a été promue par le diocèse d’Osma-Soria, et plus précisément par son évêque, Mgr D. Abilio Martínez Varea, dans le cadre du Jubilé que le Pape François a accordé aux Clarisses de Soria à l’occasion du 75ème anniversaire de l’exposition permanente de Jésus Eucharistique.

De plus, l’intention est de se souvenir de cette grande femme dans sa terre d’origine et de la remercier pour toute sa contribution à l’Église universelle.

Dans l’événement seront présents Kiko Argüello, le P. Mario Pezzi et María Ascensión Romero, qui sont actuellement l’équipe responsable internationale du Chemin.

La célébration aura lieu le dimanche 27 mai prochain à 17 heures. L’Orchestre symphonique du Chemin interprétera la Symphonie « La Souffrance des Innocents », composée par le même Argüello et avec laquelle on veut exprimer la souffrance de la Vierge Marie devant la Croix.

L’Orchestre et le Chœur du Chemin est composé de 110 musiciens et 90 choristes, tous dirigés par le prestigieux et internationalement reconnu chef d’orchestre Tomáš Hanus.

La composition

Kiko présente la symphonie de la manière suivante:

« Je vous présente une petite composition musicale, que je voudrais festive, catéchétique aussi, je dirais, sur la souffrance des innocents, sur la souffrance de la Vierge. Peut-être que la musique peut nous dire quelque chose de plus profond sur un sujet aussi important ?

Kiko Argüello nous invite à célébrer ensemble « avec ces traces musicales, combien un ange a tenu la Vierge, comme Jésus au Jardin des Oliviers, quand un autre ange l’a aidé à boire la coupe préparée pour les pécheurs ».

L’œuvre est composée de cinq mouvements : Gethsémani, Lamentation, Pardonne-les, L’Épée et Resurrexit. Depuis sa création il y a huit ans, elle a été jouée dans des lieux comme le Vatican, New York, Jérusalem, Auschwitz, Paris, Budapest, Tokyo, Boston, Chicago. Bientôt elle sera jouée à la Philharmonique de Berlin.

Vous pouvez en savoir plus sur « La Souffrance des Innocents ». ICI

Invitation du diocèse

L’évêque de Soria-Osma, Mgr D. Abilio Martínez Varea a envoyé une lettre à tout le diocèse dans laquelle il annonce, dans le cadre des activités du Jubilé, cette célébration symphonique-catéchistique. « Ce sera l’un des moments importants de cette année jubilaire et servira également d’hommage à Carmen Hernández”.

« Je suis sûr que cette célébration sera un passage du Seigneur pour tout le diocèse, en particulier pour les fidèles de Soria et les jeunes, ainsi que pour les frères des communautés néocatéchuménales de Soria, Ágreda, La Rioja et de toute la région castillane et aragonaise », dit-il dans la missive.

Carmen Hernandez, évangélisatrice infatigable

Carmen fut, avec Kiko, l’initiatrice du Chemin. Elle est née à Ólvega (Soria, Espagne) le 24 novembre 1930. Elle était la plus jeune de huit frères – quatre hommes et quatre femmes – et a vécu son enfance à Tudela (Navarre, Espagne).

À Tudela, elle a étudié dans la Compagnie de Marie et a eu des contacts avec la Compagnie de Jésus (Jésuites). Influencée par l’esprit missionnaire de Saint François Xavier, elle a ressenti dès son plus jeune âge une vocation pour aller en mission en Inde.  

Par la volonté de son père, en 1954, elle a commencé à étudier la chimie à Madrid, où elle a obtenu son diplôme avec les meilleures notes en 1958.

Pendant un certain temps, elle a travaillé avec son père dans l’industrie alimentaire dans une usine que la famille possédait à Andújar (Jaén), mais elle a décidé de la quitter et de s’installer à Javier (Navarre), où elle a rejoint un nouvel institut missionnaire : les Missionnaires de Jésus-Christ.

Après le noviciat, elle a étudié la théologie dans la maison de formation théologique pour religieux à Valence.

En 1960, elle a été envoyée en Inde. Pour cette mission, elle a dû se préparer à Londres (à l’époque, le pays asiatique appartenait au Commonwealth), où elle est restée pendant un an. Pendant cette période, il y a eu un changement de direction chez les Missionnaires de Christ-Jésus qui a limité son ouverture à la mission. Carmen est donc revenue de Londres à Barcelone. Elle y a rencontré le père Pedro Farnés Sherer, professeur à l’Institut liturgique de Paris, qui travaillait pour le renouveau liturgique préparé par le Concile Vatican II.

Dans ses cours, le Père Farnés a présenté les sources pascales de l’Eucharistie et une ecclésiologie renouvelée qui montre l’Eglise comme la lumière des nations. Le contact direct de Carmen avec les auteurs de ce renouveau conciliaire a eu une grande influence, plus tard, sur la formation de la catéchèse du Chemin Néocatéchuménal.

En 1963, Carmen s’installe en Terre Sainte pour deux ans. De retour à Madrid, elle a commencé à travailler dans les baraques de la périphérie, pensant aller comme missionnaire en Bolivie avec d’autres laïcs célibataires. Elle y rencontre Kiko Argüello, qui vit dans la caserne de Palomeras Altas, et décide de rester dans la même région. Au milieu des pauvres, tous deux ont découvert la puissance du mystère pascal et de la prédication du kérygme (la Bonne Nouvelle du Christ mort et ressuscité) et ont vu naître la première communauté parmi eux.

Grâce à la confirmation de cette nouvelle réalité par l’archevêque de Madrid de l’époque, Casimiro Morcillo, Carmen collabore avec Kiko pour porter cette œuvre de renouvellement de l’Église dans les paroisses – d’abord à Madrid, puis à Rome et ensuite dans d’autres villes et nations.

Carmen Hernández est décédée le 19 juillet 2016 à Madrid. Lors de ses funérailles, présidées par l’archevêque de Madrid, l’actuel cardinal Carlos Osoro Sierra, et auxquelles ont assisté des milliers de personnes, le père Mario Pezzi a souligné que le Chemin, c’est « la première fois dans l’histoire qu’une réalité ecclésiale est fondée par un homme et une femme qui travaillent ensemble en permanence depuis plus de 50 ans sans être mariés ».

De plus, le Pape a envoyé un message dans lequel il assure avoir reçu « avec émotion » la nouvelle de la mort de Carmen et il souligne qu’elle a eu « une longue existence marquée par son amour pour Jésus et par un grand enthousiasme missionnaire. « Je remercie le Seigneur pour le témoignage de cette femme, animée d’un amour sincère pour l’Eglise, qui a passé sa vie à annoncer la Bonne Nouvelle en tout lieu, aussi à ceux qui sont les plus éloignés, sans oublier les personnes les plus marginalisées », a écrit le pape François.

Rencontre pour le 50ème anniversaire avec le Pape François

Cet hommage à Carmen Hernández aura lieu peu après la rencontre internationale que le Pape François présidée à Tor Vergata (Rome) le 5 mai dernier et à laquelle plus de 150 000 personnes du monde entier ont participé.

Lors de cette rencontre, à l’occasion du 50e anniversaire de l’arrivée du Chemin à Rome, le Souverain Pontife a envoyé 36 nouvelles missio ad gentes (chacune d’entre elles étant composée de 4-5 familles et d’un prêtre), et 25 nouvelles communautés en mission dans des paroisses de la périphérie de Rome qui, à la demande des curés et en accord avec l’évêque, vont soutenir ces paroisses et appeler ceux qui sont loin de la foi.

Dans son discours, lePape François a déclaré qu’il fallait « remercier vivement celui qui a initié le Chemin Néocatéchuménal il y a 50 ans.

« Votre charisme est un grand don de Dieu à l’Église de notre temps. Remercions le Seigneur pour ces 50 ans. « Je suis avec vous et je vous encourage : allez-y ! », a-t-il ajouté.

Actuellement, le Chemin Néocatéchuménal est présent dans 134 nations sur les cinq continents, avec 21.300 communautés dans 6.270 paroisses, ainsi que 1.668 familles en mission dont 216 sont mission ad gentes dans des villes déchristianisées sur les cinq continents, et avec 120 séminaires Missionnaires Diocésains Redemptoris Mater.

, le P. Mario et María Ascensión vous demandent de prier pour eux et pour cette initiative.  

Vous pouvez en savoir plus sur l’Orchestre du Chemin Néocatéchuménal

Pour en savoir plus sur cette initiative à Soria, consultez le site http://www.cowsoft.net/soriaconcierto/ »>ICI>>>