Katholisch Akademie

10-06-2018

Celui-ci est le Discours du Cardinal Rouco à la Présentation du Livre de Kiko Argüello « Annotations » à Berlin

C’est le premier discours d’un excellent théologien et canoniste, ainsi que l’Archevêque émérite de Madrid, qui a toujours accompagné et soutenu Kiko et Carmen avec proximité , amour et affection. Dans ce discours, le cardinal Rouco décrit l’environnement
social et ecclésial au cours des dernières années du Concile Vatican II dans lesquelles le Seigneur a inspiré Kiko à travers la Vierge Marie, de former « des communautés qui vivent dans l’humilité, la simplicité et la louange. L’autre est le Christ ». Inspiration prophétique que nous voyons se réaliser aujourd’hui.

Cardinal Rouco: Très chers dammes et monsieurs:

C’est pour moi un grand honneur et une vraie joie de vous présenter le livre « Annotations 1968-2014″ de Kiko Argüello, le fondateur du « Chemin Néocatéchuménal » avec la défunte Carmen Hernández et le père Mario Pezzi. Le refus de traduire le mot espagnol en allemand indique très clairement la singularité de ce livre : s’agit-il de simples annotations ? des notes simples à un CV personnel et ecclésial ? des notes autobiographiques ? Ou peut-être s’agit-il à proprement parler d’un journal réduit à un certain laps de temps? En tenant compte du fait que la distribution du texte se fait sous la forme de notes quelque peu inconstantes d’événements, de rencontres, d’expériences spirituelles et religieuses et d’expériences de prière intimes décrites sous une forme poétique. La première annotation est datée du 11 juillet 1989 à Pieve di Calore, la dernière le 20 août 2014 dans la grotte du mont de Moratalla près de Caravaca de la Cruz à Murcia, en Espagne.

Après une lecture intense, il m’est venu à l’esprit arrivé un mot, à mon avis, plus sage que de donner nom au livre : confessions.

1. Oui, l’auteur se reconnaît comme un fils prodigue non seulement de l’Église mais aussi de Dieu, qui a reçu une grâce extraordinaire à travers la proximité maternelle de Marie, la mère du Seigneur, à savoir, la grâce d’une conversion saisissante de son âme à Jésus Christ, son Seigneur et Sauveur. Son ardent amour miséricordieux a touché son cœur au cours des années décisives pour l’avenir de la personne, comme les années de la croissance humaine et spirituelle de la jeunesse : décisives pour le salut ou le malheur de l’homme. Il l’exprime ainsi : « Tu t’es approché de moi et je t’ai crucifié. Tune t’est pas résisté au mal, tu n’as pas fui, tu as continué à m’aimer, tu voulais entrer en moi. Je t’ai tué quand ton Moi est devenu un Toi. Tu t’es offert à moi, assassin, et Dieu le Père a accepté ton offrande et t’a ressuscité. Il m’a pardonné et tu m’as fait pour toujours une chair avec toi. Il est apparu l’amour que je ne connaissais pas » (an. 22). « Malheur à la vie et à mes péchés, sans toi » (an. 18). Issu d’une famille madrilène de classe moyenne bien située, le talentueux jeune peintre – qui avait remporté le prix national de peinture espagnole à la fin des années 50 du siècle dernier et avec un avenir prometteur- il s’est plongé dans une crise spirituelle très profonde et s’est senti appelé par le Seigneur à partager le destin avec les pauvres de la banlieue de Madrid. Une ville aux banlieues boueuses qui se développait pour devenir une ville de millions d’habitants, chargée d’un énorme problème social. Ainsi se trouvait Madrid, capitale de l’Espagne, environ vingt ans après la fin de la guerre civile. Avec une bible à la main et une guitare dans le dos, le jeune peintre Kiko Argüello, à longue barbe et vêtement négligé – un hippie auténtique est parti ! – aux plus pauvres en corps et en âme qui se trouvaient dans les baraquements de la périphérie abandonnée de la grande ville qui grandissait à un rythme démographique et architectural vertigineux. Pour lui, une annonce directe, courageuse et en même temps humble du Kérygme évangélique était importante aux hommes que le pouvoir du péché et de la mort les avait blessés d’une manière dégradante dans les aspects les plus élémentaires de la dignité humaine. Avec ces pauvres, Kiko partagea table et toit, amitié et serviabilité, en un mot, son destin : avec Mariano qui était tant de nuits ivre, avec Joaquín et Antonia, José Agudo et Rosario… avec monsieur Juan ,qui « dormait dans la poubelle » et avec Carmen « deux », la femme de Mariano et avec le « chulo béquilles », qui demandait l’aumône dans le métro… et beaucoup d’autres. Et puis aussi avec les quinze chiens maigres, qui l’ont rejoint et suivi.. jusqu’au bus et à la station de métro d’Atocha, jusqu’à ce que la police les arrête et les expulse de là. « Les chiens m’accompagnaient si heureux, dit-il, vers le haut par l’escalier. Inutile de dire, que les chiens n’étaient pas à moi… » Dans ce quartier humainement désolé, qui s’appelait « Palomeras », elle est née peut-être la première petite communauté Néocatéchuménal.

Les cours du professeur Pedro Farnés à l’Institut pastoral de Madrid, au cours desquels s’est déroulée la rencontre avec Carmen Hernández, ont signifié pour lui la découverte intellectuelle de la profondeur théologique existante dans la rénovation liturgique et ecclésial du Concile Vatican II, qui donnerait un fondement solide et sain à la forme ecclésiale et spirituelle des premières communautés néocatéchuménales, en ce qui concerne la pratique liturgique, catéchétique et doctrinale. A cette heure de naissance du Chemin Néocatéchuménal, la compréhension pastorale, le soutien canonique et la sympathie personnelle du premier archevêque de Madrid, M. Casimiro Morcillo, l’une des figures distinguées de l’épiscopat mondial modelé par le Concile Vatican II, ne manquèrent pas. En ce début vraiment aventureux d’une nouvelle forme d’évangélisation dans l’esprit catholique et apostolique, Kiko Argüello sentit la proximité du Seigneur qui se faisait sentir de façon tangible : « Ma vie était Toi, Seigneur, et ta présence continue« :

« Mon Dieu, …
L’amour, ton amour pour moi,
total, absolu, infini,
plein de tendresse et de compassion.
Tu es véritable, Seigneur.
Je voudrais être et être en Toi,
aube d’amour, vie éternelle. »

La réponse à la question du mal -« quel mystère le mal, pourquoi? il vole, il se ment, il est adultère, il s’est tue… fou de raison et l’âme noyée » – c’est Lui, sa miséricorde !

« Sur la route cachée,
dans cette forêt sombre,
par l’échelle secrète déguisée
de milliers d’ayes d’amour,
avec l’âme blessée…
Oh Jésus, aie pitié de moi ! »
« Fais-moi un, parfaitement un, en Toi ».
(an. 456-461)

2.Confessions d’un charisme extraordinaire reçu et accepté pour le bien de l’Église universelle.

C’était le temps historique et spirituel d’une expérience conciliaire de dimension épocale dans l’histoire de l’Eglise. Un temps plein de questions, de doutes et de confusions pastorales; mais aussi de beaucoup de courage décidé dans le domaine pastoral et théologique. En ce moment d’histoire de salut de l’Eglise l’a offerte le Seigneur, son divin fondateur, son chef et pasteur suprême vrai et invisible, comme cela s’est produit dans toutes ses époques historiques
rénovatrices de transition, avec les dons particuliers de l’Esprit-Saint, c’est-à-dire avec ces « Dona » « charismata clarissima », dont parle le Concile Vatican II d’une manière clairvoyante dans la constitution dogmatique sur l’Eglise Lumen Gentium.(cf. LG 12).

La conversion que Kiko Argüello a vécue avant le concile, – un retour inconditionnel à la maison du Père! – ce n’était pas seulement spirituel, mais aussi apostolique et ecclésiale et de façon révolutionnaire que pour lui la suite du Christ n’était concevable que sous la forme d’existence apostolique en vue de la charge de la mission au sein de la communauté ecclésiastique et en dehors de ses frontières extérieures et internes. Il souffrait au plus profond de son cœur non seulement de son péché mais aussi du péché de ses contemporains, surtout des péchés des hommes dont il fut une Europe chrétienne et de sa terre natale, l’Espagne : « Je suis un être méprisable et hypocrite, Jésus, mon Seigneur, vient. Aide-moi. C’est seulement en toi que je rencontre l’amour aux autres. Je suis touché par leurs misères et leurs souffrances, et je pense… s’ils connaissaient ton amour… Tu as été chassé de la ville. Ils t’ont fait sortir d’elle comme on enlève les ordures, comme on retirait le mâle expiatoire sur lequel on avait invoqué les péchés de tous » (an.24).

Il devenait urgent d’annoncer à nouveau le Kérygme dans toute sa clarté évangélique de manière ouverte et publique. « La nouvelle évangélisation », que par la suite saint Jean-Paul II a demandée et promue de façon si énergique et insistante tout au long de son pontificat, il vivait dans une aube nouvelle. Les paroles que la Sainte Vierge Marie avait adressées à Kiko Argüello le 8 août 1959, selon son témoignage : « il faut faire des communautés chrétiennes comme la Sainte Famille de Nazareth, qui vivent dans l’humilité, la simplicité et la louange; l’autre est le Christ » (an. p.V) étaient comme la prémisse indubitable de leur féconde réalisation chrétienne.

En vue de la crise profonde de la foi largement répandue dans laquelle se trouvait le monde chrétien et en particulier le continent européen, les petites communautés ecclésiales deviennent une chose incontournable. (« La culture européenne donne l’impression d’être une apostasie silencieuse de la part de l’homme autosuffisant qui vit comme si Dieu n’existait pas. » C’est ce qu’indiquait le Saint-Père Jean-Paul II dans son Exortation apostolique post-synodale Ecclesia in Europa du 28 juin 2003, n. 9). Le chemin adéquat et presque indispensable pour atteindre l’objectif des petites communautés ecclésiales serait l’instauration et la pratique d’un catéchuménat pour les baptisés renouvelé inspiré du catéchuménat de l’Église primitive dans les premiers siècles de son histoire. En lisant les annotations de Kiko Argüello, on peut voir comment le nouveau charisme du chemin Neocatecumenal s’est développé du point de vue spirituel, ecclésial, pastoral et canonique au cours des cinq dernières décennies de l’histoire de l’Eglise contemporaine. Face à l’incompréhension théologique et surtout pastorale de la part de beaucoup dans l’Eglise, autant les clercs que les laïcs, se trouve l’accueil enthousiaste de nombreux prêtres et fidèles, pour lesquels s’est ouvert un nouvel horizon spirituel et apostolique. Un horizon dans lequel il est devenu toujours plus évident qu’un concept évangélisateur et vraiment chrétien était possible et abordable, sans doute dans le sens d’une acceptation authentique et fidèle de l’enseignement du Concile Vatican II, tel qu’il se présente tant dans la Constitution dogmatique Lumen Gentium sur l’Eglise comme dans la constitution pastorale Gaudium et Spes sur l’Eglise dans le monde actuel.

Suivant le fil narratif des Annotations, qui contiennent et transmettent de nombreuses notes, on constate que l’initiateur du chemin Néocatéchuménal avec Carmen Hernández et le Père Mario Pezzi parcourent le monde entier dans un espace de temps d’à peine deux décennies à une vitesse impressionnante, fatigués presque jusqu’à l’épuisement, pour annoncer par eux-mêmes le Kérygme du Seigneur ressuscité, rencontrer les « itinérants » et les encourager, rencontrer les frères des communautés néocatéchuménales et les renforcer dans leur envoi dans le monde, en particulier en ce qui concerne le témoignage courageux et en même temps humble de la famille chrétienne. Les obstacles à l’intérieur de l’Église affleurent. Le rejet des prêtres et des évêques, les hostilités des catholiques et les informations souvent biaisées et fausses à travers les médias sociaux ecclésiastiques font beaucoup de mal. Pas moins que ceux-ci causent également des souffrances aux campagnes de diffamation menées par des centres d’information hostiles à l’Église et qui affrontent le fondateur du « Chemin ». Le 1er juin 2001, Kiko écrit : « Je sors d’une épreuve ou d’une tentation terrible. J’ai connu la douleur de souffrir la calomnie, la trahison et le mensonge. On m’a dénoncé avec des mensonges. Ils m’ont condamné, ils m’ont condamné sans m’écouter. Le Seigneur m’a livré à mes ennemis » (an. 337). Il a été particulièrement blessé par la laideur des critiques méprisantes qui, dans l’opinion publique madrilène, se sont propagées d’une manière déchirante et humiliante contre les peintures qu’il a réalisées dans l’abside de la cathédrale de « la Almudena » à l’occasion du mariage du prince héritier espagnol don Felipe et doña Letizia. Le jeudi 2 juin 2004, Kiko écrit : « Je reviens à ces pages après avoir été secoué, exposé au ludibrium public, insulté… » (an. 386).

Le réconfort qu’il éprouverait cependant sur son chemin de souffrance humaine et ecclésiale était ainsi plus grand et plus chaleureux. La reconnaissance canonique du « Chemin » à travers les Papes, du bienheureux Paul VI, du saint Jean-Paul II et de Benoît XVI arrivait toujours au bon moment quand grandissait l’opposition de la part d’amis et d’ennemis et la force du « séducteur » des âmes semblait de plus en plus forte. Après la lettre élogieuse de Paul VI au début des années 1970 du siècle dernier, dans le premier temps post-conciliaire, arrive l’approbation des statuts par Jean-Paul II, le 29 juin 2002; elle a été suivie de l’autorisation définitive par Benoît XVI le 13 juin 2008 et du directoire catéchétique du chemin Néocatéchuménal en janvier 2012. La haute estime au fondateur du « Chemin » que saint Jean-Paul II lui montra et qu’il manifesta était émouvante. Le 25 septembre 2002, après l’approbation des statuts, Kiko commente : « Le Pape nous a reçus à Castelgandolfo. Nous étions tous les itinérants, les curés et les responsables des communautés les plus anciennes. Carmen et moi, quand nous sommes allés le saluer, il nous a donné un baiser, montrant devant tout le monde l’amour qu’il a pour nous. Seigneur, donne au Pape la santé, la force prophétique et le réconfort! » (an. 376).

Les communautés du « Chemin » se développaient dans le monde entier, le nombre des itinérants augmentait de façon ininterrompue, des séminaires étaient fondés « Redemptoris Mater » dans de plus en plus de diocèses dans le monde entier; il apparaît une nouvelle forme jusqu’à présent inconnue de Missio ad Gentes : les familles en mission. Les rencontres avec des groupes d’évêques du monde entier augmentent de plus en plus, rencontres qui ont lieu dans des différents pays ou dans la « Domus Galilaeae » près de la mer de Galilée. Ces rencontres se déroulent comme une occasion spirituelle très encourageante pour approfondir et soigner le véritable sens de la « communion » hiérarchique dans l’Eglise. Kiko fut souvent désigné par les Papes Jean-Paul II et Benoît XVI comme « auditeur » dans les synodes épiscopaux qu’ils convoquèrent. Les signes de l’estime ecclésiastique envers le « Chemin » se répètent et se multiplient continuellement.

3.Sont-elles déjà passées les tribulations internes et externes, du corps et de l’âme chez Kiko?

Si vous arrivez à lire la dernière annotation du livre dans l’année 2014, on perçoit de la même façon dans le profond de son cœur que dans son existence personnelle, comment l’expérience spirituelle de la « nuit sombre de l’âme » influe sur lui d’une manière de plus en plus purifiante et sanctifiante jusqu’à la fin. Dans les « Annotations » de Kiko Argüello brille à la fin une figure unique et profilée d’une spiritualité chrétienne qui s’adapte aux « signes du temps », c’est-à-dire au besoin intérieur le plus profond de l’homme actuel. Dans les circonstances les plus difficiles et dans les situations les plus douloureuses que Kiko a dû passer dans le milieu chrétien et ecclésial, il a logiquement cherché la solitude du désert pour prier et contempler. Dans la grotte de Moratalla à Murcie, en Espagne, il a toujours trouvé son refuge. La piété christologique et marianne en outre suinte lyrisme dans les multiples phrases revêtues d’une forme poétique; des prières qui  accompagnent spirituellement le cours de toute sa vie, comme le reflète dans la succession des « annotations ». La lecture quotidienne spirituelle de la Sainte Ecriture – l’Ancien et du Nouveau Testament – et le traitement spirituel jamais abandonné et la dégustation des psaumes imprégnent vraiement sa vie de prière. L’influence théologique et ascétique des anciens « pères du désert » est mentionné dans plusieurs pages des « annotations » expressément. L’exemple littéraire et l’expérience spirituel fascinant de saint Jean de la Croix dans son Cantique spirituel (avec certaines citations choisies de sainte Thérèse de Jésus) confèrent à la personnalité interne et ecclésiale de Kiko Argüello les principes caractéristiques de la spiritualité classique espagnole. Ainsi l’exprime-t-il dans ses derniers poèmes avec lesquels il termine les annotations :

« Je veux être, en pleurant, je veux être, compagnon de l’âme, oh mon Jésus, un cerf blessé qui, perdu dans le ténèbres d’une fôret sombre, ne trouve pas de réconfort, cerf assoiffé, cerf blessé » (an. 499).

« Et vivre et vivre dans le souvenir constant de Toi. qui ne cessent pas, avec mon cœur blessé » (an. 500).

La mort de Carmen le 19 juin 2016 lui a rempli de douleur:

« Pourquoi pleures-tu, mon âme ? Pourquoi tu pleures ? Carmen est partie avec le Seigneur… » (an 506).

« Combien doit le Chemin à Carmen! » (an. 505).

Ce livre de confessions de Kiko Argüello -confessions d’une vie donnée sans conditions au Seigneur et à son Eglise, confessions d’un charisme extraordinaire pour l’Eglise du Concile Vatican II- est en accord avec le jugement valorisant sur le « Chemin » que notre Saint-Père François a exprimé le 5 mai de cette année devant des milliers et des milliers de frères venus du monde entier à Rome, à Tor Vergata, pour célébrer les 50 ans de ses prémices romaines : « Chers frères et sœurs, votre charisme est une grande grâce de Dieu pour l’Eglise de notre temps« . Kiko savait très bien -les paroles de la mère du Seigneur, qu’il a entendues dans sa maison paternelle de Madrid en ces jours lointains de sa conversion, il ne les a jamais oubliées- que le « Chemin » comme charisme merveilleux pour l’Eglise de notre siècle n’aurait pas été possible sans l’intercession de Marie et que son « seul à seul » n’aurait pas eu lieu : « Il te dit : Voilà ta Mère. Oui, elle m’aide à ne pas descendre de la volonté de Dieu, à ne pas pécher. Elle a connu dans son cœur la douleur du péché sur la chair de son fils. Elle sait, elle connaît, elle t’aidera. Elle, qui est vivante au ciel, prie pour moi » (an. 180).

Kiko: Maintenant c’est à moi. Je parle en espagnol?

Card. Rouco: Er kann auf Deutsch reden, wenn er will, natürlich. (Puede hablar alemán, si quiere, supuestamente.)

Kiko : Merci beaucoup au Monsieur le Cardinal. Je salue tout le monde. Je suis en Allemagne, non ? Je viens d’arriver en avion. Et je ne sais pas où nous sommes. Eh bien, vive l’Allemagne. Vive l’Allemagne!

Les gens: Vive! (aplaudissement)

Kiko : Eh bien, moi ce livre… première chose, je veux dire, je n’ai jamais pensé à publier quoi que ce soit. J’avais des cahiers et quand j’allais à une grotte à Muratalla pour prier, de mes souffrances et angoisses, je parle dans le cahier et j’écris là, ce que je peux. Ce qui se passe, c’est que je porte ce livre dans ma bourse depuis trente ans et qu’il était presque détruit. J’ai dit au père Ezequiel : Mets-moi ce livre à la machine, parce que… bon. Et en le traduisant, en le rendant pur, il m’a dit : Ecoute, c’est très bien, ce serait bien, si tu le publiais, ça ferait du bien aux frères du Chemin. Ne me dis pas ça. J’ai honte, gamin. Je dis des choses horribles, que je suis un clown, hypocrite et des choses comme ça, regarde. Non, absolument pas… Et j’ai accepté avec humilité, qu’il soit publié, pensant qu’il pourrait être utile à quelqu’un… Monsieur le cardinal a raison, plus que des Annotations, il faudrait dire Confessions. Un gémissement de l’âme, je ne sais pas, des souffrances. Que peux-je vous dire,  je dois accepter avec humilité, que je ne suis pas humble du tout, que Dieu m’a choisi. Le fait, que Dieu te choisit pour une œuvre, implique donc une sérieuse souffrance, eh bien, que je dois accepter. L’humilité n’est pas facile. Je dois accepter d’être ici. Que le cardinal dise des choses comme ça de moi, d’autres choses…. bon. De plus, vous allez maintenant écouter une symphonie… Mais comment est-ce possible, si je n’ai jamais étudié de la musique? Et le Seigneur me fait faire une symphonie. Le Seigneur est fou. Eh bien, je dois aussi accepter cela. Faire de la musique. Comme être peintre, comme peindre l’abside de la cathédrale, comme… bon. Je dois accepter de vivre, comme Dieu le veut. Et qu’il y ait des critiques. Vivre, vivre. Quel mystère! Vivre. Vivre et mourir. Et j’espère qu’il ne me reste plus beaucoup à faire. Vivre et mourir. Et qu’y a-t-il après ? Il y a quelque chose après ? Il y a le Seigneur. Il nous a préparé le ciel, ou l’enfer. J’espère que le Seigneur m’accueillera. Car aimer le Christ est la seule vérité. Le reste est toute vanité, disent les pères du désert. Aimer le Christ. J’essaie d’aimer le Christ, comme je peux. J’aime peu et mal. Même si vivre, pour moi, c’est gémir et souffrir. Mais je dis au Seigneur : Mais comment est-ce possible? Tu as étendu le Chemin, il est dans 134 nations, des milliers de communautés, etc. En faisant avancer cette réalité…  humble et tout accepter. Bref. Eh bien, qu’est-ce que vous voulez de plus, que je vous dise? Priez pour moi, afin que je ne me perde pas. Ne pensez pas, qu’il soit facile d’entrer au ciel. Je ne le crois pas. Absolument. J’espère que ce soit… le Seigneur est infiniment miséricordieux. Est-ce que je ne le crois pas?. Oui, il est miséricordieux. Mais cela ne veut pas dire que tout se justifie. Non, non. Le péché a une valeur énorme, immense. Si grand est le péché dans le monde et le mal dans le monde, que Dieu a envoyé son fils pour mourir pour nous tous. Et ceci est un mystère très grand. Mes péchés, vos péchés, mes péchés, quel mystère. Mais Dieu merci, il a offert sa vie pour nous tous et il est monté sur la croix, pour que nos péchés soient pardonnés. C’est une chose immense. Aimer le Christ est la seule vérité. Le reste n’est que vanité. Eh bien, nous en sommes là. J’espère que si quelqu’un a ce petit livre, alors béni soit le Seigneur. C’est pourquoi j’ai accepté qu’il soit publié. Et s’il fait du bien aux Allemands, à vous… Certains d’entre vous, peut-être vous l’ouvrirez au hasard…, pour voir : « Recevoir des insultes et aimer l’ennemi. Ne pas juger, c’est commencer à être humble. » Eh bien, pas mal. « C’est le juge qui juge. Il juge celui  qui croit, qui connaît la vérité et qui est à lui. Ne jugez pas! Recevoir des insultes. Aimer l’ennemi. Sentir le cœur enflammé par le feu à travers duquel tous puissent  connaître l’Esprit Saint, qu’ils reçoivent l’amour de Dieu. Sang et vie de Dieu. Mort, victoire. Déjà la petite Marie sous la croix avec l’épée dans l’âme. » Ce sont des choses ainsi écrites. « Comment ai-je pu? Seigneur, je veux faire ta volonté. L’amour du prochain est ta volonté. L’autre est le Christ. Donne-moi la grâce de ton Esprit pour aimer l’autre, comme tu l’aimes toi-même. Seul ton Esprit me pousse et m’aide à monter sur la croix. Mille démons veulent me dévorer. Malheur à moi qui vais me condamner. Je suis un orgueilleux, un avide, un paresseux, un vaniteux. Malheur à moi qui t’a trahi. Malheur à moi, qui mets tout en danger, que tu fais. » « Deux voies : Ou je donne la vie à mon prochain. Ou je lui donne la mort avec mes péchés. Mille démons m’entourent, au nom du seigneur je les vaincrai. En ton nom je m’humilierai, par ton nom je vaincrai et je pourrai rester sans rien, seulement avec toi. » « Aujourd’hui, Vierge de Carmen – 16 juillet. Mes péchés sont si nombreux. Sainte mère de Jésus intercède pour moi. » Etc.

Eh bien, ce sont des confessions. Effusions de sang de l’âme. Je dis au Seigneur : Mais que veux-tu de moi? Qui suis-je? Que veux-tu faire de moi? Aie pitié de moi. Aie pitié. Vivre c’est difficile, aie pitié de moi. C’est pourquoi, eh vbien, le Seigneur a voulu que je vie Allemagnnne ici ene, que je sois ici et que je vous dise un mot, comme je le puisse. Soyez bons et priez pour moi.